Complexe de tennis Francis Lafuente : la montée au filet

Complexe de tenis Francis Lafuente de Cenon

Après 10 mois de travaux pour restructuration, le complexe de tennis de Palmer a été inauguré en septembre dernier, à l’occasion des Journées du patrimoine. L’événement a rassemblé officiels et sportifs autour d’un moment mêlant habilement  humour, émotion, sport et culture. Visite guidée du tout nouveau complexe de tennis Francis Lafuente, de ses 9 courts dont 5 couverts, de son terrain de padel, de son club house, son restaurant…

Avec son gilet vert anis et son béret porté en version baguette et camembert francais…, ses lunettes années 50, Augustine Picard ne pouvait et ne voulait pas passer inaperçu. Augustine était en réalité complice, le fil rouge de ce temps inaugural, et a assuré le show deux heures durant, faisant souffler un air frais et hilarant sur une matinée parfois chargée en émotion, qui marquera les esprits présents.Augustine Picard, représentante de la fédération des événement à haut potentiel protocolaire

 Les âmes fondatrices du club

La coupure de ruban par le maire J.F Egron et le député de la 4ème circonscription de Gironde Alain David a marqué le début des festivités.

Edmée Lafuente, entre le maire de Cenon et le Député de la Gironde

Edmée Lafuente, entre le maire de Cenon et le Député de la Gironde

Désormais baptisé Francis Lafuente, le complexe de tennis rend hommage au second président du club de tennis US Cenon (de 1971 à 2017), décédé en avril dernier. « Le complexe ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui sans la ténacité de Francis Lafuente », dont la présence aura plané au-dessus du public toute la matinée.

Louis Barit, à l'initiative du club de tennis cenonnais

Louis Barit, à l’initiative du club de tennis cenonnais

Son prédécesseur, Louis Barit, premier président et fondateur autant que bâtisseur du club  a ouvert les prises de parole en rappelant comment est né le club en 1965, à la demande du maire de l’époque René Cassagne. Louis Barit, c’est aussi et désormais le nom de l’un des courts extérieurs du complexe, dont la plaque était dévoilée ce 17 septembre 2017.

Raymond et Mathieu dans la salle Christine Hernandez

Christine Hernandez, était aussi une figure emblématique du tennis cenonnais, qui a longtemps géré les parties administratives et logistiques du club. Présence, écoute, attention sont les qualificatifs qui entourent le nom de celle qui a prématurément disparue en 2016. Raymond et Mathieu, ses mari et fils, ont tenu à exprimer leur émotion et leur reconnaissance lors du baptême de la salle de réunion du complexe.

Les co-présidents du club aux côtés de Arielle Piazza, conseillère métropolitaine de Bordeaux

Les co-présidents du club aux côtés de Arielle Piazza, conseillère métropolitaine

Bernard Moura et Alain Della Santa (de gauche à droite sur la photo) sont les heureux co-présidents du club US Cenon. Heureux des perspectives à développer avec ce bel équipement qui permettra « de développer l’accueil des scolaires et la pratique du tennis dès le plus jeune âge. Le lieu inspire la convivialité, nous souhaitons en faire un véritable lieu de vie. »

Un complexe d’envergure métropolitaine

La gouaille et le mégaphone doré d’Augustine Picard étaient aussi nécessaires pour guider et ne pas perdre le public lors de la visite des 2600 m² d’installations.


Point de départ, l’accueil dans le club house vitré donnant sur les courts et jouxtant le tout nouveau restaurant le 7 de Palmer. De ce lieu central, on embrasse une vue à 180 degrés permettant de suivre les 4 courts extérieurs en terre battue. Droit en face un escalier qui mène à la terrasse qui surplombe les mêmes courts plus 2 courts couverts dont les parois latérales peuvent être ouvertes. Sous la terrasse, on accède « aux vestiaires hommes et femmes qui sont de superficie identique. C’est suffisamment rare pour être souligné», précisait judicieusement la représentante de la métropole, Arielle Piazza, remerciant et félicitant par la même occasion l’architecte du projet Guy Vincent Brel, Label architectures.

La délégation devant le jeu d'Alice Bacquie en démonstration

Collée aux vestiaires, une salle de préparation physique dont deux des murs vitrés permettent de suivre l’avancée des parties sur les terrains extérieurs. Mais le clou de la visite reste les 3 nouveaux courts couverts, où la délégation a pu regarder avec délice les joueurs évoluer, et notamment la 30ème joueuse française Alice Bacquié du club cenonnais. Quelques pas et gouttes de pluie plus tard, on contournait les courts extérieurs pour découvrir, niché dans un coin, longeant le mur d’enceinte qui le sépare de l’école de musique, le terrain de padel avec vue plongeante sur le dénivelé du parc Palmer et la Garonne tout au fond. On attendait un petit match d’officiels, mais il n’est pas venu…

A la place, le final pyrotechnique d’Augustine aura suscité de puissants vivats…

La comédienne performeuse Augustine Picard assistée de Alain Della Santa

…avant de laisser la place musicale au jazz du Roger Biwandu trio.

Le Rocger Biwandu trio

Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Du sport, Timeline. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *