Espace Culturel des 2 Rives : Croiser les regards sur l’Algérie, sa culture, son histoire.

Des pans entiers de l’histoire de l’Algérie et de sa vaste culture restent trop souvent ignorés. Partant de ce constat, l’association Espace Culturel des 2 Rives ( EC2R) multiplie les actions nous invitant à affiner notre regard sur l’Algérie. Et à découvrir le rôle méconnu des Algériennes.

Fadila Kellala, la présidente d’EC2R, est des plus actives. Anthropologue de formation, arabophone, elle participe au Conseil citoyen du haut Cenon. Pour elle, les travaux des historiens sur l’Algérie doivent sortir du cadre universitaire pour être expliqués dans la cité, au plus proche des gens, de manière neutre et apaisée.

« Mon objectif est de faire parler les archives, de faire venir des historiens reconnus par leurs pairs dans ce domaine, de discuter, de libérer la parole tout en respectant l’un et l’autre. Il fallait un espace pour que les gens se parlent, partagent une histoire qui a été douloureuse pour les uns et les autres. »

EC2R organise des débats, des conférences, des spectacles, des projections de films sur ces sujets encore brûlants. La culture algérienne est abordée aussi par ses traditions culinaires ou vestimentaires, lors de soirées conviviales.

Et ça marche ! Ces actions, avec des intervenants de qualité et une belle exigence de neutralité, de respect et de tolérance, motivent un public hétérogène et intergénérationnel : Algériens de cœur, Algériens d’origine, Pieds-noirs, toutes catégories socio-professionnelles et religions confondues.

La Guerre d’Algérie au féminin

Mars 2017… un mois entier d’Algérie au féminin au Rocher de Palmer, grâce à l’exposition de la franco-algérienne Najda Saïdi Makhlouf. La photographe a retrouvé quelques-unes des « Moudjahida », ces combattantes qui prirent part à la Guerre d’Algérie. En 30 portraits, elle les tire en beauté des sables de l’oubli.

Fadila Kellala : « L’histoire n’est pas juste envers les femmes. Dans l’histoire franco-algérienne, il y a des femmes françaises de confession juive, catholique, des athées, des algériennes musulmanes et non musulmanes qui ont participé, de près ou de loin, à cette histoire. 11000 femmes, victimes de l’oubli et du mépris des hommes qui y ont participé.

Or bientôt, ces témoins vont disparaître. J’ai fait la connaissance d’une photographe franco-algérienne : Najda Saïdi Makhlouf. Du 1er au 31 mars au Rocher, elle a présenté 30 portraits de femmes. Une partie de son expo était venue en 2016, au Hall Méli Mél’arts à Cenon. Le succès a été au rendez-vous. Elle a exposé à Paris à l’Institut du monde arabe, au Centre Culturel algérien et en Algérie. J’ai eu cet honneur, cette année, d’accueillir la totalité des portraits. C’est une belle action ! »

ll faut libérer la parole, une parole qui soit respectueuse pour qu’elle soit respectée. »

« Partager la culture algérienne et permettre un vivre ensemble qui soit réel… Je l’avais dit dans le cadre du festival Toutes Latitudes, le vivre ensemble est déjà là, mais il doit se traduire autrement, il faut libérer la parole, une parole qui soit respectueuse pour qu’elle soit respectée. »

« Je me réjouis de voir dans nos salles la présence de jeunes. On ne fait pas une programmation spéciale pour eux. Mon objectif, c’est d’avoir une salle hétérogène, intergénérationnelle. C’est la qualité dans nos présentations et la neutralité dans ce que nous faisons qui est le gage de notre capacité à capter le public. Nous choisissons des dates clé, avec un travail reconnu dans le milieu pour sa qualité et son sérieux. Nous le proposons ici, localement. Je pense que notre public l’apprécie, ce qui explique cette diversité d’âge et de parcours socio-professionnels dans nos salles. »

A venir en octobre 2017, un projet de transmission de l’histoire au Lycée La Morlette.

Fadila Kellala : « J’ai été contactée par le Lycée professionnel La Morlette pour un travail autour de la transmission de l’histoire et une présentation en octobre 2017. Nous allons utiliser comme support le film autour du détournement de l’avion en 1956 par l’armée française. Je m’en réjouis ! Je fais venir, à cette occasion, le réalisateur et le producteur du film. »

Partenaires : la Ville de Cenon, le Rocher de Palmer, le cinéma Utopia, l’Université de Bordeaux.

 

EC2R : 07 81 06 63 20/ page facebook Espace culturel des 2 rives

Tweet about this on TwitterShare on Google+Share on FacebookPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Cenon ma ville, Cultures & loisirs, La vie des assos, Portraits de Cenonnais-es, Rocher de Palmer, Timeline, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *