A l’école Camille Maumey, tricotage et jardinage participent aux apprentissages

Jeudi 11 avril, l’inauguration d’une « barrière tricot » et d’un jardin collectif « Jardicolor », rassemblait parents, élèves, équipe enseignante, élu·e·s, conseiller·e·s citoyenn·e·s et seniors. Un beau moment de partage où l’on apprenait que tricoter et jardiner participent aux apprentissages.

Apprendre à tricoter avec des seniors et réaliser ensemble une œuvre de « yarn bombing* » … Créer, entretenir, embellir un potager en mode collaboratif… Ces deux initiatives ont mobilisé respectivement cinq et six classes de l’école Camille Maumey, ainsi que de nombreux partenaires et sont devenues 2 projets d’établissement à part entière… Des petites et grandes (et vertes) mains, fières de leurs ouvrages, se sont mutuellement applaudies le jour d’inauguration, heureuses de dévoiler et raconter leurs réalisations.

Elèves, élu·e·s, membres du Conseil citoyen, parents et partenaires…
Nadia, animatrice et les professeures de tricot de Ramadier

Une maille à l’endroit, une maille à l’envers : les aîné·e·s transmettent l’art du tricot

Enseignante à l’origine du projet tricot, Audrey Mouligné n’en revient pas : « Au lancement du projet, je ne pensais pas que nous parviendrions à terminer la « barrière tricot » d’ici la fin de l’année scolaire », confie-t-elle. « Non seulement nous y sommes parvenus, mais nous l’avons enrichie d’ornements supplémentaires. Or, il y a encore quelques mois, personne ne savait tricoter. Moi la première ! »

La technique « une maille à l’envers – une maille à l’endroit », se sont les aîné·e·s qui l’ont transmise. Pour ce faire, les différentes classes impliquées sont allés à leur rencontre dans les résidences autonomie « Ramadier » (Cenon) et « Cité Reinette » (Bordeaux Bastide), à l’EHPAD du Loret, aux Senioriales. Sans oublier les visites des anciens élèves de Pichot – Camille Maumey.

Des enfants calmes, concentrés, contents de finir leur rang…

« Au début ça a été beaucoup de nœuds, de trous dans les tricots, de mailles qui se perdent… », poursuit Audrey Mouligné. « Mais le geste technique a été rapidement acquis par les élèves. Durant ces séances, j’ai vu des enfants calmes, concentrés, concentrés longtemps de surcroît, détendus, contents de finir leur rang… Une vision idyllique pour un·e enseignant·e ! Et la confirmation pour l’équipe éducative que les apprentissages à l’école ne se résument pas aux enseignements fondamentaux : lire, écrire, compter. Les projets collectifs, artistiques, scientifiques, culturels, apportent à tous des chances égales de réussite. »

Tricoter du lien, devenir citoyen…

Dans son discours inaugural, le Maire de Cenon Jean-François Egron, a mis l’accent sur les notions de collectif et de citoyenneté :

« Jeunes et moins jeunes, je ne suis pas surpris de voir que ça fonctionne entre vous tous. Travailler ensemble, c’est faire du lien, aller à la découverte de l’autre et réaliser, grâce à l’union des forces, quelque chose de plus grand que soi. Cette création collective illustre bien le principe de l’école de la République. Celle pour tous, celle qui permet de devenir citoyen. Pour toutes ces raisons, je suis très fier de vous et de cette équipe enseignante. Vive l’école de la République, laïque et gratuite ! »

Superbe !

Jardicolor, 7 classes apprennent avec et au jardin

Tous à Jardicolor

Après le dévoilement de la barrière tricot, direction le jardin de l’école, baptisé Jardicolor ! Séverine Beltz, enseignante, revient sur ses origines et son évolution :« Il y a trois ans, c’était le projet d’une seule classe, rejoint l’année suivante par deux autres classes… Cette année, six classes, du CP au CM2, ainsi que la classe ULIS* y participent. Jardicolor est un projet d’école qui permet de travailler différents domaines de compétences, de sensibiliser les élèves aux sciences de la vie et de la terre, de comprendre la nature, l’environnement, et la nécessite de pratiquer l’écologie au quotidien. » Support pédagogique utilisé en classe, Jardicolor aide à rendre concrets les apprentissages : étude des mesures et des angles pour fabriquer des carrés potagers de forme pyramidale, création de pochoirs en mousse végétale, construction d’hôtel à insectes, observation du cycle de la vie, écriture d’étiquettes et de panneaux d’exposition, etc.

Carrés potagers et fleuris en pyramide

Permaculture et vermicompostage pour un jardinage fructueux et respectueux

« En 2018, reprend Séverine Beltz, nous avons travaillé le sol qu’il a fallu enrichir, rendre plus meuble, en vue d’accueillir les premiers massifs. Cette année, de nouveaux massifs ont été imaginés et conçus par les élèves. Ils se composent de fruits, de légumes, de fleurs, suivant les principes de la permaculture*. Pour son enrichissement, un composteur collectif reçoit les déchets de la cantine et les invendus de la Coop Paysanne. Et chaque classe dispose d’un vermicomposteur que les élèves ont appris à gérer. Le moment venu, nous récoltons nos fruits et nos légumes, mis en valeur au travers de recettes réalisées par nos cuisiniers en herbe : les CP et élèves d’ULIS. On se souvient encore de leur excellent cake au potiron ! »

Les élèves expliquent à leurs parents la philosophie de la permaculture

Un jardin soutenu et arrosé par le Conseil citoyen du Bas Cenon

Si Jardicolor existe, s’accroît et perdure, c’est en grande partie grâce au soutien du Conseil citoyen du Bas Cenon. « Nous avons financé l’achat d’outils de jardinage et les interventions de Nathalie Schwab, de l’association Germaine veille », précise le conseiller citoyen Stéphane Bayle. « L’été dernier, nous sommes venus arroser les parcelles afin d’assurer leur pérennité d’une année scolaire sur l’autre. Il en sera de même l’été prochain. »

Remise solennelle d’outils de jardinage aux élèves par Stéphane Bayle, membre du conseil citoyen du bas Cenon

Iris, jonquilles, fraises, salades, épinards, aromates, ravissent les yeux, les narines et les papilles. Les familles, guidées par leurs enfants jardiniers, ont apprécié ce joli jardin qui produit saveurs et savoirs et emmène les élèves sur les chemins de bonnes pratiques environnementales. Passant·e·s de la rue Foch, arrêtez-vous pour profiter quelques minutes de la vision de ce bout de nature en ville.

* Le yarn bombing ou tricot-graffiti ou encore tricot urbain ou tricotag  est une forme d’art urbain ou de graffiti qui utilise le tricot, le crochet, ou d’autres techniques (enroulements, tissages, tapisserie, accrochages….) utilisant du fil…

*U.L.I.S. unités localisées pour l’inclusion scolaire (des enfants porteurs d’un handicap)

* Permaculture : bien plus qu’une nouvelle approche du jardinage, la permaculture est une philosophie de vie où animaux, insectes, êtres humains, plantes et micro-organismes vivent en harmonie dans un environnement sain et auto-suffisant.

Le mot « permaculture » en lui-même est la contraction de « (agri)culture permanente ». Il fut inventé par Bill Mollison et David Holmgren dans les années 1970. Il regroupe des principes et des techniques d’aménagement et de culture, à la fois ancestraux et novateurs, dans un concept global, le design. Il vise à faire de son lieu de vie un écosystème harmonieux, productif, autonome, naturellement régénéré et respectueux de la nature et de TOUS ses habitants … Source : www.permaculturedesign.fr

Ce contenu a été publié dans Cadre de vie, Cenon ma ville, Dans la nature, Ecoles, collèges, lycée & cie, Enfance & Jeunesse, Timeline, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *