Festival interculturel Toutes Latitudes: 2ème édition = 2 jumelages !

Fin novembre, à l’occasion du 2ème festival Toutes latitudes, Cenon accueillait des délégations de villes jumelles ou amies de 7 pays. Au coeur de cette semaine, la confirmation du jumelage avec la ville de Meknès (MAROC), les prémices de celui avec Hartford (Vermont- USA) et la venue d’une délégation de Ouakam (SENEGAL) pour un hommage à Malick Sene, ancien conseiller municipal et communautaire aujourd’hui disparu. Chroniques d’un festival en plein essor entre Rocher de Palmer et Espace Signoret…

« Avec ce festival interculturel, notre but est aussi que nos villes jumelles se connaissent, s’apprécient et se relient. »

Comme l’affirmaient le Maire de Cenon, Alain David et son Adjointe Laïla Merjoui, déléguée à la culture, à la communication, aux jumelages et présidente de L’EPLC Rocher de Palmer dans le programme du festival.

 » Cette deuxième édition du festival interculturel TOUTES LATITUDES est pour nous l’occasion de consolider les liens que nous tissons au fil des ans avec des villes de pays dont sont originaires de nombreux Cenonnais : Laredo en Espagne, Paredes de Coura et Arcos de Valdevez au Portugal, Meknès au Maroc, Inegöl et Yalvaç, en Turquie, Ouakam au Sénégal et Hartford aux Etats Unis d’Amérique. Nous sommes heureux d’accueillir des délégations et des invités comme l’Algérie pour 5 jours d’échanges et de rencontres mixant cultures, économie et convivialité. 5 jours pour affirmer fortement et concrètement que la diversité est une richesse, un levier de développement, une ressource à faire fructifier. 5 jours pour célébrer la beauté des cultures qui irriguent notre territoire, pour resserrer les liens entre Cenonnais de diverses origines. 5 jours pour en tisser de nouveaux entre habitants d’ici et habitants des villes amies et en créer entre les villes accueillies. Avec ce festival interculturel, notre but est aussi que nos villes jumelles se connaissent, s’apprécient et se relient. »

Du 22 au 27 novembre, tous les soirs, le Rocher de Palmer proposait des concerts d’artistes des différents pays représentés. Des associations présentaient leurs actions de coopération internationale et vendaient des mets typiques. Services municipaux culturels et associations locales organisaient des moments d’échanges et de convivialité. Flash back :

Mardi 22 novembre : rencontres professionnelles et musicales

10H30: 10 fonctionnaires de la mairie de Meknès, emmenés par leur Directeur général des services (DGS), Mohamed Najib, sont accueillis par Michel Lawniczak, DGS de la mairie de Cenon et une partie de l’équipe de direction pour une journée d’échanges professionnels.

15H : rencontre musicale entre le duo Basque Espagnol Garikoitz Mendizabal et Aitor Furundarena, programmé au Rocher de Palmer le lendemain. et une classe du collège jean Jaurès. Découverte d’une musique vive et virtuose jouée au txistu et à l’accordéon

à 18h: Concert de Garikoitz Mendizabal et Aitor Furundarena chez …..

Mercredi 23 novembre: visites d’équipements municipaux et ouvertures officielle du festival

 

De 10h à 12h, Place François Mitterrand : Rendez-vous sur la place du marché, en présence de la délégation de la ville de Meknès. Et visite des équipements culturels de la ville et du chantier de rénovation des tennis.

17h30, Parvis du Rocher de Palmer: Village associatif


Forte affluence pour l’ouverture officielle d’une 2ème édition pleine de ressort du festival Toutes Latitudes … La déambulation par le village associatif permettait aux habitants de découvrir les champs d’action des associations : Espace des 2 Rives, Carrefour des Cultures, Ici et là-bas, Posof, Apay, UTSF de Cenon, Elles O Pluriel, Alegria portugaise, centre social et culturel La Colline…

Ces bénévoles associatifs à Cenon portent haut l’entraide, la créativité au quotidien et s’activent à resserrer les liens entre tous. Cette ambiance qu’ils impriment fait le charme et la saveur du festival. Sans compter leurs délicieux mets aux saveurs du monde proposés à tous dans la soirée.

18h30, Hall du Rocher de Palmer: Coup d’envoi du festival

Dans le hall d’un Rocher plein à craquer, Alain David, Maire de Cenon, a donné le coup d’envoi du festival devant les délégations et les personnalités officielles de 8 nations et villes représentées : États-Unis, Algérie, Turquie, Sénégal, Maroc, Brésil, Espagne, Portugal.

PHOTOS

Elles étaient (presque) toutes là les villes jumelles, partenaires et amies en coopération culturelle, économique, sportive (et bientôt de santé publique) avec Cenon, les anciennes et celles en passe de le devenir, avec leurs élus, leurs représentants et leurs délégations de fonctionnaires. Avec aussi les Maires des villes de Cenon, Laredo (Espagne), Ouakam (Sénégal), d’Arcos de Valdevez (Portugal), les représentants de la délégation de Meknès (Maroc), d’Hartford (USA), les représentants ici d’Inegöl et Yalvach (Turquie), de Paredes de Coura (Portugal).

Extraits du discours d’ouverture d’Alain David, Maire de Cenon:

« … Ouvrir le festival Toutes latitudes au Rocher de Palmer a bien sûr du sens. Véritable scène à destination des cultures du Monde, le Rocher de Palmer est le symbole même du vivre –ensemble. Les évènements qui ont touché notre pays ces derniers mois nous incitent à réfléchir sur la façon d’exprimer les valeurs que nous partageons tous. En effet, la diversité culturelle est un atout majeur dans une commune par ces temps difficiles. Il n’est plus simplement question de divertissement, d’aller se changer les idées, mais bel et bien de s’inscrire dans une démarche de construction du bien vivre ensemble.

Je pense que la diversité culturelle constitue la réponse appropriée à l’aspiration des peuples à se développer dans un environnement où toutes les cultures peuvent s’épanouir. Un véritable dialogue des cultures contribue à la richesse de l’humanité. C’est ainsi, que le Festival «Toutes latitudes» se développe autour d’échanges culturels, associatifs, éducatifs… en favorisant des temps de rencontres et découvertes entre les artistes invités et les acteurs de la vie culturelle Cenonnaise… »

 

Après un défilé de mode de tenues algériennes traditionnelles, la lecture de poèmes de poètes turcs et sénégalais, les danses et les musiques d’ensembles folkloriques turcs, à la tombée de la nuit, sur le parvis du Rocher, ont été hissés les 7 drapeaux officiels des 7 nations représentées.

 

PHOTOS

Tous ont ensuite partagé un buffet de délices et de saveurs des divers pays, préparé par les associations, avant de rejoindre, pour certains, la salle 650 du Rocher et le concert de Beihdja Rahal, Directrice de l’orchestre musical andalou du Centre Culturel Algérien de Paris (1ère partie: Garikoitz Mendizabal & Aitor Furundarena)

 PHOTOS

Jeudi 24 et vendredi 25 novembre: brunch interculturel, rencontres & visites professionnelles, tourisme et danse contemporaine

 

A 10h, le Centre social et culturel La Colline proposait un brunch interculturel alors que les agents de la mairie de Meknès participaient à une visite guidée de l’usine d’incinération qui produit également chauffage et eau chaude pour plusieurs milliers de logements de la Rive droite.

Malgré l’annualtion -pour extinction de voix – du concert de Carminho , chanteuse de fado, la Médiathèque maintenait la projection du film “World Music: O Fado”. et proposait (toute la semaine) une sélection d’ouvrages et de revues consacrés au Maroc et au Portugal

17h30, Espace Simone Signoret, la danseuse et chorégraphe Khady Sarr, présentait son spectacle « Identité Noire », en sortie de résidence.

Les délégations présentes ont alterné des rencontres avec les acteurs économiques de l’agglomération et des visites touristiques avant de retrouver, en soirée, la programmation du Rocher de Palmer.  La ville et l’association Alegria portugaise ont convié toutes les délégations à un festin de gastronomie portugaise au cours duquel s’échangèrent cadeaux et discussions.

Samedi 26 novembre: jumelage avec Meknès et Hartford / Hommage à Malick Sene

11h, Atelier du tramway (Pont Bouthier-Thiers Benauge)

Baptême d’une rame au nom de Meknès

 

Dans le cadre du jumelage entre Cenon et Meknès, officialisé le soir même, une rame du tramway a été baptisée du nom de la ville marocaine, inscrite depuis 1996 au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO

 

26 Novembre/ Hommage à Malick Sene/ Espace Simone Signoret

Malick Sene, natif du Sénégal, fut élu municipal cenonnais et élu communautaire ( depuis 2001), hélas disparu en 2012. Ancien vice-président de l’UTSF, il avait tissé et renforcé des liens entre Cenon, le Sénégal et la ville de Ouakam dont il était originaire.

Un bel hommage lui fut dédié, digne et émouvant, en présence de sa famille, des élus et fonctionnaires de Cenon, de Samba Bathily Diallo Maire de Ouakam (Sénégal), et de sa délégationcomposée de Aliou Gadjiego Adjoint au maire, délégué à l’aménagement du territoire, Aminatou Fall 2ème Adjointe au maire, déléguée aux finances, Fadiaw Fall : Directrice services techniques, des délégations de Meknès (Maroc), d’Hartford (USA), d’Arcos de Valdevez (Portugal), du consul général du Sénégal, des membres de l’UTSF, de ses amis de la diaspora sénégalaise Rive Droite, etc.

Extraits des discours:

Alain David: « Malick était un militant associatif et politique très actif, c’était un homme de cœur, né à Dakar en 1944. Un homme de terrain qui prenait le temps d’écouter les autres… Malick, c’était le respect. Élu, il a su participer à la vie de notre cité. Élu vice-président de l’UTSF, section Cenon, il a œuvré à l’organisation du festival Senefesti. Ce festival perdure, a réussi à traverser les années… Malick s’est toujours attaché à mieux faire connaître son pays d’origine. En 2008, il devient le 1er sénégalais conseiller à la CUB… Son épouse fait partie de notre conseil municipal. Elle a voulu reprendre le flambeau qu’il portait très haut dans notre conseil.  Aujourd’hui, nous cherchons à concrétiser des liens plus étroits avec la ville dont était originaire Malick, la ville de Ouakam, pour faire perdurer ce qu’il avait commencé. Toutes les conditions sont réunies pour qu’un rapprochement puisse nous permettre d’entretenir, de tisser des liens d’amitié, des contacts, des échanges sur le plan social, culturel, sportif, économique avec la ville de Ouakam, devenue une très grande ville …»

Mme Aminatou Fall, 2ème adjointe de Ouakam : «  C’est une occasion pour nous de venir montrer que nous sommes d’accord avec ce que Malick avait fait entre Ouakam et Cenon. Aujourd’hui, la manière dont Malick a été mis à l’aise ici à Cenon, nous réconforte. Chaque ouakamois se sent aujourd’hui cenonnais. Il y a beaucoup de choses qui nous réunissent avec Cenon, sur le plan culturel, de l’ouverture d’esprit, sur le plan de l’hospitalité. On se sent vraiment comme chez nous. Le plus grand hommage que l’on peut rendre à Malick Sene aujourd’hui, c’est d’être une ville jumelle avec Cenon. »

Malick N’Daw, ancien président de l’UTSF Cenon :« Le 29 juin 2013, à 11 heures, nous nous en souvenons comme si c’était hier, une rue a été baptisée aux nom et prénom de Malick Sene. Cela a été pour nous une très agréable surprise. Ils ne sont pas nombreux les africains dont une rue de France porte le nom. (…) Grâce à votre action, nous dirons que Malick n’est pas mort. »

Un après-midi culturel aussi avec un extrait chorégraphié du spectacle de Khady Sarr interrogeant les générations sur « l’identité noire », des poèmes dits par les petits-enfants de M. Sene portant haut le verbe de L. Sédar Senghor, de David Diop ou de Birago Diop.

Un hommage officiel entrecoupé d’échanges de cadeaux, marques de gratitude entre Cenon et Ouakam, un hommage amical par les souvenirs ravivés de ses amis… Des photographies happaient chacun dès le hall jusque dans la salle : photos d’archives de la famille Sene, photos avec ses collègues de la Ville de Cenon, avec ses amis.

Enfin, l’hommage est devenu gustatif, puis musical et dansé, grâce auquel un beau Sénégal en miniature a pris place à l’Espace Signoret entre mets succulents, bissap de l’amitié, parures damassées virevoltantes pour culminer dans un sabar enfiévré au son des tambours de Doudou Sata.

Autres temps fort de ce samedi mémorable: 18H30 : Signature du jumelage avec Meknès

Après 4 ans d’étroites relations, de partenariats culturels et d’échanges professionnels le jumelage entre Cenon et Meknès était officialisé sur la scène de la salle 650 du Rocher.

Extraits des discours:

Alain David, Maire de Cenon: « … Nous sommes réunis aujourd’hui pour offrir à Cenon un nouveau jumelage, un nouveau témoignage de notre attachement à la ville de Meknès, ville impériale. Deux volontés communales convaincues des bienfaits de l’échange, de la découverte, de la différence. Notre volonté est d’affirmer fortement et concrètement que la diversité est une richesse.    (…) Les contacts noués, les démarches entreprises de part et d’autre par nos deux pays amis voient aujourd’hui leur aboutissement (…)   Votre parfaite adhésion au principe de jumelage montre que dans de nombreux domaines – sportifs, scolaires, culturels – nous marcherons main dans la main, unis par le même objectif.  Croyez-bien que l’ensemble des habitants de cette commune, tout comme l’équipe municipale, sont profondément heureux d’assister à une cérémonie qui scelle, de manière officielle, la grande et intense amitié qui nous lie au peuple marocain.  Aussi, je voudrais remercier Laila Merjoui qui est à l’origine du lien qui unit nos deux villes et qui a tant contribué à faire de cette relation, à chacune de nos rencontres, un moment de partage, de fraternité et d’authenticité. »

Mohamed Najib, Directeur Général des Services de la ville de Meknès: « C’est avec une profonde émotion et une immense fierté, qu’à la tête d’une délégation d’élus et de fonctionnaires de Meknès, je vais ratifier la charte de jumelage entre nos deux villes, au nom de M. Abdellah Bouana, Président de la commune de Meknès, qui n’a pas pu être présent aujourd’hui et s’en excuse. Meknès est une ville impériale, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 1996. Elle possède des opportunités d’investissement très importantes et j’invite les Cenonnais à venir s’en rendre compte sur place. A mes côtés sont d’ailleurs présents, MM Abdeljabbar El Achab, président de l’Union régionale Meknès-Ifrane de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et Hamid Benouna, promoteur touristique de haut niveau. Meknès dispose d’une vaste plateforme Agropolis, premier pôle de compétitivité au Maroc dédié à l’agro-industrie où ne nombreuses entreprises, y compris françaises, s’installent. Notre ville organise annuellement depuis 12 ans le Salon International de l’Agriculture au Maroc qui accueille plus d’1 millions de visiteurs pour 1200 exposants et auquel plus de 50 pays participent. La prochaine édition aura lieu en avril 2017 sur le thème « Agriculture résiliente et durable ». Meknès est prête à recevoir toutes sortes d’investisseurs et le conseil municipal les accompagnera dans leurs démarches pour la réussite de leurs projets. Soyez tous les bienvenus !  (…) Pour moi, le jumelage est un instrument majeur pour ouvrir les portes, éradiquer les incompréhensions ancestrales et permettant de déboucher sur des sentiments humains: l’amitié, la confiance et l’estime mutuelle. (…) Cette signature est le point de départ d’une collaboration et d’échanges entre nos concitoyens de nos communes, échanges que je souhaite riches, fructueux et fraternels… »

 

 

PHOTOS

Un deuxième jumelage s’est scellé le 26 novembre au Rocher de Palmer: Cenon et la ville d’Hartford, (Vermont dans le nord est des Etats Unis) se sont jumelées pour concrétiser des échanges entre leurs collégiens et lycéens .

Brett Mayfield, Vice président de la commission jumelage d’Hartford et Joan PONZONI, Responsable administrative.

20H30: La ferveur Nass El Ghiwane

Puis une foule chaleureuse a rempli les 650 places de la salle… Bruissante d’une impatience joyeuse… de retrouver le groupe marocain mythique Nass El Ghiwane (Omar Sayyed, seul survivant du groupe d’origine, était présent), à l’origine de tubes à grand succès, aux paroles engagées, qui ont révolutionné la musique marocaine et maghrébine et laissé une marque indélébile dans le paysage culturel du pays. Ils ont aussi payé au prix fort leur liberté de parole. Véritable phénomène musical durant les années 70 et 80, Nass El Ghiwane a influencé des générations de musiciens. Leur répertoire, puisé dans le creuset de la culture , de la poésie marocaine et arabo-andalouse, mais aussi dans des textes religieux inspirés des grandes figures religieuses de l’Islam imprègne toute la société marocaine. Dès les premières notes de guembri ( le luth des Gnawas), dès les premières percussions, une vibration intense traversa les centaines de spectateurs, saisis par une lame de fond, entraînés dans une danse chantée, partagée, constamment relancée par chaque nouveau morceau dont les paroles jaillissaient de toutes les bouches… Des paroles toujours engagées…

Dimanche 27 novembre: musique, et délices turcs

Le lendemain, c’est la chanteuse, musicienne et archéologue turque Canan Domurcakli qui referma cette deuxième édition du festival Toutes Latitudes avec une musique traditionnelle d’Anatolie. Elle chante l’amour, le chagrin et la joie du peuple anatolien au son du saz, un luth à manche long. Brice Kartmann et Vincent Couprie l’accompagnaient au Cümbüs (banjo turc) et percussions.

 

Version vidéo de Toutes Latitudes 2016

Festival Interculturel « Toutes Latitudes » 2016 from Ville de Cenon on Vimeo.

Et aussi la vidéo sur l’implication des assos …. Toutes Latitudes 2016 devient un festival populaire, officiel et associatif, international et interculturel, solidaire et participatif.

Festival Interculturel « Toutes Latitudes » : Quelles implications des associations cenonnaises ? from Ville de Cenon on Vimeo.

Ce contenu a été publié dans Cenon ma ville, Cultures & loisirs, Jumelages & partenariats internationaux, Timeline, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *