Les arbres dans la ville : un bien commun précieux, à surveiller, entretenir, à développer…

Agés de 200 ans, les emblématiques platanes bordant l’allée du château Palmer fatiguent… Ils nécessitent soins et attention. Dans le haut comme dans le bas Cenon, de jeunes sujets sont implantés et s‘enracinent. Les jardiniers municipaux, secondés par des prestataires spécialisés, veillent et agissent pour que les arbres vivent au mieux à Cenon.

Amateur.e.s de pique-niques, joggeur.se.s, spectateur.e.s de cinéma et de concerts en plein air, promeneur.e.s, randonneur.e.s, enfants… Les 9 majestueux platanes bordant l’allée d’entrée du château Palmer en ont vu passer des générations du haut de leurs 200 ans ! Revers de la médaille, cette affluence, cette sollicitation excessive, et les intempéries violente, les épuisent et les blessent. La vigilance des jardiniers municipaux et l’expertise du cabinet Foret conseils, ont révélé leur fragilité et la valeur historique de cet alignement paysager : 110 000 euros ! Un argument supplémentaire confirmant la nécessité de prendre bien soin de ce patrimoine et d’en assurer la pérennité.

Au chevet des platanes du parc Palmer

« Ces arbres sont attaqués par différents agents pathogènes (champignons, maladies bactériennes), et suite aux tempêtes de 1999 et 2009, connaissent des fragilités mécaniques (branches cassées qui ont creusé des cavités) », explique Julien Briton, responsable du service espaces verts. « Il faut donc élaguer, réduire, alléger certaines branches. » Malheureusement, l’un des sujets (totalement creux, et donc dangereux) a dû être abattu. Il sera remplacé par un autre sujet à l’automne prochain. Julien Briton l’assure : « L’arbre sera planté au même emplacement, afin de respecter l’alignement historique qui donne la valeur à cet ensemble. Le sujet sera choisi par nos soins, pour sa taille, son port, sa forme, ainsi que ses chances de reprise. »

Le paillage en renfort pour aérer le sol

L’expertise a également pointé un tassement extrême du sol (causé par le piétinement ), empêchant les échanges avec l’eau, l’air et les nutriments, essentiels à la bonne santé des arbres. « Une des solutions se trouve dans le paillage, contenu dans un encadrement de 20 cm de haut empli de broyât, accumulé au pied des arbres », préconise Julien Briton. « Les micro organismes vont revenir, creuser la terre, créer naturellement de l’aération. Les premiers bénéfices comme une densité de feuilles plus importante, devraient se mesurer d’ici trois ans. » Un remède au long cours, pour profiter encore longtemps de la beauté de ces grands feuillus.


Place François Mitterrand : 50 nouveaux arbres

Paulownia, Acer ou encore Glediisia… 50 nouveaux arbres ont été plantés sur la place François Mitterrand, dans le cadre des aménagements concertés d’espaces publics, pilotés par Bordeaux Métropole et la ville (PAE Camille Pelletan)  … Et 40 autres sont plantés cet hiver dans plusieurs quartiers de Cenon:  des chênes verts, des magnolias (parc Palmer), des cerisiers du Japon (avenue Clemenceau), des érables, des pins…  Toujours  en harmonie avec la dominante arboricole des sites et en respectant l’espace nécessaire à leur plein épanouissement.

Place Pierre Garmendia : une halte fraîcheur sous de jeunes platanes

Réalisation Mairie menée par les services techniques et espaces verts de la Ville, l’aménagement de la place Pierre Garmendia, décline le style de la composition réalisée devant l’Hôtel de Ville. Sept jeunes et vigoureux platanes taillés en plateau, huit jardinières en acier corten rouillé et stabilisé, plantées de vivaces, amènent de la biodiversité en cœur d’un quartier très urbain. « Nous créons ce petit îlot de verdure et de fraîcheur pour les habitants des nouveaux immeubles du secteur Pont Rouge et pour les voyageurs en transit . La gare multimodale (train – tram – bus – vélo, auto en libre service) est un point de passage très fréquenté. » souligne Julien Briton.

Une chênaie s’implantera Place de la Demi Lune et le long de la voie Brazza ligne

Opération portée par Bordeaux Métropole, Brazza ligne consiste à transformer l’ancienne voie ferrée en une coulée verte, piétonne et cyclable, une promenade reliant Bordeaux – Cenon – Lormont. « Signée par Bas Smets, “le grand architecte du paysage“ de renommée mondiale, l’opération consiste consiste à planter des chênes blancs tout au long des délaissés, talus et voie SNCF qui surplombent la place de la Demi lune. 85 spécimens seront plantés à Cenon à la fin 2019 ! >> se réjouit Julien Briton. La mairie profitera de cette opération pour réaménager la place et rénover l’aire de jeux.

Outre son intérêt esthétique et sa contribution à une biodiversité vitale, l‘arbre urbain es tun bienfaiteur améliorant le confort thermique de la ville et des citadin.e.s, grâce à sa capacité de stockage du carbone, de captation de certains polluants, facilitant l’infiltration des eaux pluviales dans les sols…

Ce contenu a été publié dans Cadre de vie, Cenon ma ville, Dans la nature, Timeline, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *