Les cafés citoyens du Centre social et culturel La Colline facilitent la rencontre et l’échange

Interagir avec son territoire, tel est l’ADN d’un centre social et culturel. Initié par l’équipe du centre La Colline, le café citoyen, moment convivial de rencontre avec les habitants,  facilite l’échange et le recueil de problématiques du quotidien dans le quartier Palmer.

A la question : «qu’est-ce qu’un centre social et culturel ?» Marie Ruez*, directrice de La Colline, répond :

«Un service de proximité au service de tous». Soumis à un agrément CAF et à des financements publics, tout centre social doit fonder son action sur un diagnostic de territoire (à Cenon, le quartier Palmer), réactualisé tous les quatre ans. «Le projet global du centre social et culturel La Colline vise le (bien) vivre-ensemble», reprend Marie Ruez.

«Nous prenons en compte les familles dans leur globalité, au travers d’actions spécifiques dédiées à :

la petite enfance, l’enfance, la jeunesse, les adultes, la santé, la prévention, le numérique, les cours d’alphabétisation, etc.».

Le centre fonctionne avec une vingtaine de professionnels (soit 14 équivalents temps plein), en lien avec 750 adhérents.

 S’assoir à une table, se laisser porter par la convivialité

Un café citoyen organisé avec de nombreux partenaires lors de la première édition de FAIS TON PALMER en mai 2017

Un café citoyen organisé avec de nombreux partenaires lors de la première édition de FAIS TON PALMER en mai 2017

Parce que l’expression d’une problématique peut émerger à tout instant, le Centre est à l’écoute constante de la population : lors de rendez-vous fixés avec un professionnel, ou de façon plus informelle, via les cafés citoyens.

Le café citoyen se déroule le mardi, de 9h à 10h. Chaque personne entrante est invitée à prendre une boisson, à s’asseoir à une table, à se laisser porter par la convivialité du jour. Pour Marie Ruez ce dispositif a plusieurs vertus : «Il est un sas de décompression. Venir au centre suivre un atelier, ou exposer sa situation personnelle, peut être stressant.

Le café citoyen casse les codes de l’accueil traditionnel. Adhérents, habitants, bénévoles, animateurs, partenaires s’y côtoient d’égal à égal... Des informations peuvent être échangées plus librement. Les habitants tissent des liens, se racontent».

Une nouvelle solidarité entre voisins

Nordine et Noémie lors d'un café citoyen d'avril 2018

Nordine et Noémie lors d’un café citoyen d’avril 2018

Adhérent de longue date, Nordine suit des cours d’alphabétisation, participe aux sorties familles, aux ateliers jardinage. Selon lui, les cafés citoyens sont l’occasion : «de discuter, de passer de bons moments, de s’informer sur la vie de quartier.

L’autre jour, il y avait une discussion sur les travaux en cours et à quand le retour du marché place François Mitterrand ? Une autre fois, je me souviens d’une dame en prise avec le montage de sa nouvelle armoire. Étant bricoleur et disponible, je suis allé lui rendre service».

Marie Ruez l’atteste : «Le cas n’est pas isolé, on assiste lors des cafés citoyens à une nouvelle solidarité entre voisins».

Pour les partenaires, c’est important de se montrer ensemble sur le terrain.

Outil malléable et rapidement transposable, le café citoyen se déploie à d’autres occasions. Ainsi, les mercredis matins (9h – 11h), une version mobile et partenariale sillonne les rues de Palmer. Sous la pergola, sont présents le centre social, l’association de prévention l’AJHaG, le service de Gestion Urbaine de Proximité de la mairie, le conseil citoyen du Haut Cenon. «Confrontés aux passants, nous recueillons beaucoup de doléances…», commente Marie Ruez. «Mais ça se passe bien, car échanger autour d’un café, c’est convivial, ça entretient la proximité et le lien social. Et pour les partenaires, c’est important d’être ensemble sur le terrain, d’envoyer un message d’unité».

Avec les cafés citoyens, l’équipe de La Colline se montre réactive, créative. Mais derrière la convivialité, l’enjeu est grand : renforcer les liens, optimiser les ressources, les compétences, gommer les inégalités, sur un territoire populaire, Palmer, en plein renouvellement.

 http://www.csc-lacolline.com

2 Rue Stéphane Mallarmé CENON / 05 57 77 90 30

 

*Marie Ruez remplaçait la directrice titulaire, Isabelle Lhermite, le temps de son congés parental.

 

 

Ce contenu a été publié dans Cenon ma ville, Cultures & loisirs, La vie des assos, Solidaires, Timeline, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *