Résidence Henri Sellier : La Fronde persiste et signe

À la résidence Henri Sellier, dans le Bas Cenon, après 3 années d’actions artistiques en amont du projet de renouvellement urbain du quartier, la Fronde menée par ObaOba a pris fin. Mais une onde participative s’est propagée, entraînant dans la ronde de la Fronde associations locales et habitants. Place au nouveau projet : « La Fronde persiste ».

Eva Sanz, photographe, médiatrice culturelle et directrice artistique de La Fronde

Eva Sanz, photographe, médiatrice culturelle et directrice artistique de La Fronde

3 ans déjà qu’Eva Sanz, médiatrice culturelle et directrice artistique de La Fronde, déambule appareil photo au vent pour capter des images, documenter la résidence Sellier tout en y préparant la venue d’artistes.

Depuis qu’ils sont là, il y a plus de joie !

Depuis 2015, la Fronde a accueilli 8 créateurs en résidence à Henri Sellier, venus des arts plastiques, de la musique, de la littérature, du clown, du théâtre pour réaliser des œuvres personnelles inédites avec et pour les habitants. Ces œuvres y ont été présentées en exclusivité, accompagnées d’ateliers créatifs, d’expos photos, de projections de films documentaires, de performances, de moments festifs mémorables…

Un moment suspendu : des habitants écoutent les mots et les sons d'Elsa Gribinski et de Mathias Pontevia

Un moment suspendu : des habitants écoutent les mots et les sons d’Elsa Gribinski et de Mathias Pontevia

de G à D en haut : Eva Sanz, Nathalie Schwab de l'association Germaine veille, Eric Bonneau de l'association OBAOBA / En bas : Bob Ic le clown, les plasticiens Denis Rieu et Thierry Audibert, Christophe Goussard, photographe dans la sculpture de la résidence Henri Sellier

de G à D en haut : Eva Sanz, Nathalie Schwab de l’association Germaine veille, Eric Bonneau de l’association OBAOBA / En bas : Bob Ic le clown, les plasticiens Denis Rieu et Thierry Audibert, Christophe Goussard, photographe

Des actions bienfaisantes dans un contexte difficile où le relogement pour certaines familles se profile, inéluctable. 2 tours sur les 3 existantes seront démolies.
La Fronde a allumé la mèche d’une douce révolution dans les cœurs et dans les idées. Eva Sanz : « Lors d’une interview, un jeune de la cité a dit spontanément : Depuis qu’ils sont là, il y a plus de joie ! Je trouve que c’est un bon résumé. Si au moins on a remis de la joie, c’est déjà pas mal ! »

Le Maire, JF Egron, des éu.e.s, des artistes et des habitants lors de la fête de la résidence Henri Sellier le 16 juin 2018

Le Maire, JF Egron, des éu.e.s, des artistes et des habitants lors de la fête de la résidence Henri Sellier le 16 juin 2018

Le 16 juin dernier pour la Fête à Sellier, tous les artistes étaient présents à l’invitation d’ObaOba et des habitant.e.s : Bob Ic le clown, les plasticiens Denis Rieu et Thierry Audibert, Jean-Charles Séosse le musicien, les écrivains Elsa Gribinski et Eric Bonnaud, Christophe Goussard, le photographe. Tous disent avoir fait une expérience décisive à Sellier.

Le buffet artistico bio préparé en mode collaboratif par l'AMAP les Gourmandignes et les habitants

Le buffet artistico bio préparé en mode collaboratif par l’AMAP les Gourmandignes et les habitants

« La Fronde persiste » avec Le déclencheur souple, Germaine veille, Apprentissa-Jeux…

La Fronde a propulsé dans son sillage des associations locales qui à leur tour veulent s’impliquer : Apprentissa’jeux, Germaine Veille…
E. Sanz : « Nous avons (r)éveillé le désir des habitants pour qu’il se passe quelque chose ici. C’est devenu très concret, avec des demandes particulières autour des pratiques artistiques. Dans ce contexte, je ne peux pas me résigner à quitter le lieu ainsi. »
Eva a donc imaginé une suite : « La Fronde persiste », portée par son association Le déclencheur souple. Avec l’appui d’intervenants extérieurs pour insuffler de nouvelles idées participatives, créer du lien social, générer convivialité et bien-être chez les gens.
En 2018-2019, l’agriculture urbaine fait son chemin à Cenon avec Nathalie Schwab et son association Germaine Veille. Celle-ci n’a pas son pareil pour convoquer au ras du bitume fleurs, légumes, plantes aromatiques et transformer de mini-carrés de jardin au terreau lombricomposté en réseau social vitaminé.

Nathalie Schwab et son asso Germaine veille enseigne la permaculture en ville

Nathalie Schwab et son asso Germaine veille enseigne la permaculture en ville

N. Schwab : « Les personnes du quartier s’approprient le lieu (cf les carrés jardin en pied de tour). On a trouvé des pieds de tomates que des gens sont venus planter, c’est chouette ! On vient s’asseoir et discuter près du jardin. Ça devient un lieu de rendez-vous et ce jardin qui semblait posé au milieu de nulle part, aujourd’hui, il me semble très habité ! »
E.Sanz : « Comme photographe, je vais constituer un livre-objet pour construire un regard différent, un peu décalé sur l’environnement ici, pour celles et ceux qui y habitent ou qui viennent de l’extérieur. ».

Alors semis de plantes et semis d’images, art du jardinage urbain et art de la cueillette photographique, Henri Sellier s’avère être un biotope très fertile !

Christian, Jordan, Banola… Ils vivent La Fronde à Sellier

Avec la Fronde, chacun, chacune a pu exprimer, par l’art, son ressenti, ses aspirations, ses rêves, échanger avec ses voisins comme avec les artistes, bref, se laisser convaincre d’explorer de nouvelles choses, voire de se révéler.

Les carrés potagers d'Henri Sellier: plein de goûts et de couleurs

Les carrés potagers d’Henri Sellier: plein de goûts et de couleurs

Christian habite la résidence depuis 1985 : « J’ai adoré le clown Bob Ic, oui, ça m’a marqué ! » Les activités avec ObaOba ? : « Oui, c’était bien, cela change un peu de l’habitude, il n’y a pas grand chose à Sellier, vous savez. Enfin… ça commence à bouger ! » Autre projet marquant ? « La valise, c’était bien aussi. » Les carrés jardin : « Tout le monde a participé ; on y fait attention vous savez, c’est mieux comme ça ! »

Christian : Les carrés jardin : « Tout le monde a participé ; on y fait attention vous savez, c’est mieux comme ça ! »

Christian : Les carrés jardin : « Tout le monde a participé ; on y fait attention vous savez, c’est mieux comme ça ! »

Jordan : « Résidence Sellier, tour Cèdre depuis 20 ans. Je participe à la fête. Ça a changé ici comparé à avant… La verdure et tout ça… Je les ai aidés par le passé en faisant des stages. On a animé, il y a 2 ans, une fête, un concert.  ça avait super bien marché … Il y avait du maquillage, des jeux pour enfants, le food-truck, le ping-pong, la musique. Les gens de la cité sont venus, au moins 100 personnes. On me dit : Monte une association, Jordan, pour proposer des trucs, mais bon, 2 tours qui tombent… Il ne reste que celle de là-bas… Nous, on ne sera plus là, on habite à la 1ère. Oui, vous comprenez, ça freine dans la tête, 2 tours qui tombent !»

Banola: C’est fait avec du vermicompost. De la terre qui est très riche avec des vers de terre dedans et qui est mouillée.

Banola: C’est fait avec du vermicompost. De la terre qui est très riche avec des vers de terre dedans et qui est mouillée.

Banola, 8 ans : « Je plante des légumes, des plantes et des fruits. Je le fais d’habitude à l’école, là, je le fais tout seul. C’est fait avec du vermicompost. De la terre qui est très riche avec des vers de terre dedans et qui est mouillée. On peut faire pousser des oranges, des tomates, des pommes, des poires, des fleurs qui donnent des fraises, des groseilles, on en a mangé ! »

La Fronde a tournoyé en partenariat avec l’association ObaOba, la Ville de Cenon, le bailleur Domofrance, le Conseil Départemental de la Gironde et la Fondation de France.

Ce contenu a été publié dans Cadre de vie, Cenon ma ville, Cultures & loisirs, Dans la nature, Solidaires, Timeline, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *